Of the 3 Leader Roles, Which One Are You Perfect For?

Pour lequel des 3 rôles de leader êtes-vous fait?

Je suis un futuriste, un penseur système et un expert en transformation organisationnelle, dédié à faciliter notre transition vers la société 5.0. Je suis disponible en tant que conférencier par le biais du groupe de réflexion Hivernité (www.hivernite.ca), ainsi que par un formateur et coach en organisation par le biais de Moabi Formations (www.moabiformation.com).

Il existe tout plein d’articles concernant les différents styles de leadership. Peu importe ce que vous faites, il y a probablement un style qui vous définit plus clairement.

Mais cela ne m’intéresse pas vraiment.

Je suis un homme pratique. Je me soucie peu de savoir à quel point vous êtes unique. Je veux savoir de quoi vous êtes capables. Et vous le devriez aussi : connaître le role qui vous sied le mieux vous aidera à trouver votre place pour être efficient tout en étant vous-même.

J’ai remarqué que les leaders finissent toujours dans l’un ou l’autre de trois rôles, plus un extra. Oui, avec toute l’unicité de votre style, je regroupe les leaders en une poignée de catégories.

Les bons leaders comprennent bien la seule vérité quant à leur rôle : ce n’est pas à propos d’eux. Il ne s’agira jamais d’eux. Il s’agit plutôt d’une cause plus importante, qui se vise généralement les autres.

En gardant cela en tête, regardons un peu mes trois piles (plus une) de leaders.

La figure de proue

La figure de proue est l’incarnation humaine d’une organisation, un message ou une cause.

Les figures de proue ont un rôle important, car ils existent pour faire en sorte que l’on puisse s’identifier à des concepts abstraits. Ils doivent aussi garder fermement l’attention sur eux.

Force m’est d’admettre que les figures de proue sont souvent animés par un ego de la taille du mont Everest, mais les meilleurs restent ceux qui gardent en tête qu’il n’est pas question d’eux-mêmes. Parfois, ils sont des porte-paroles. D’autres fois, ce sont des visionnaires. Parfois des paragons. Et il arrive qu’ils soient des distractions.

Les startups se définissent souvent de par leur président, qui prend le rôle de Figure de proue. Plutôt que de construire et d’assurer la croissance son entreprise, son rôle tient plus de propagation de sa vision et la redirection l’attention sur ce que la stardup accomplit.

En temps de crise, vous verrez souvent la Figure de proue prendre les rennes et donner des ordre, en agissant comme un point central autour duquel les gens peuvent se ralier. Le reste du temps, ils dirigeront leur leadership sur la vision et la direction à haut-niveau plutôt que les opération au quotidien.

Le leader engagé

« Un chef est à son meilleur quand les gens savent à peine qu’il existe. Quand son travail est terminé, son objectif atteint, ils diront : nous l’avons fait nous-mêmes ».  —  Lao Tseu, 6e siècle AEC.

Le leader engagé comprend à un niveau fondamental que rien n’est à propos de lui, mais des autres, et il y met toute son énergie. Les Leaders engagés n’ont pas toujours la reconnaissance qu’ils méritent, mais leur influence se fait sentir partout où ils passent.

Les leaders engagés semblent toujours guider avec la même question : « Que puis-je faire pour vous? ». Ils enlèveront les entraves au travail des autres, amèneront les gens dans des situations d’apprentissage pour qu’ils puissent se dépasser, et en faire des leaders à part entière.

Ils travaillent dans l’arrière scène en utilisant leurs talents d’écoute active suivi par des actions indirectes pour éliminer des obstacles parfois même sans que personne ne s’en rende compte. Ils tentent de découvrir les causes fondamentales des problèmes plutôt que de perdre du temps à réparer les symptômes.

Souvent par instinct, ils développeront des relations triadiques avec les gens, c’est-à-dire qu’au lieu de construire des relations individuelles pour contrôler le flux des informations, ils agiront davantage comme des entremetteurs entre deux autres personnes pouvant bénéficier du contact direct. Ils créent des réseaux robustes pouvant continuer de croître sans eux. Ils sont médiateurs dans les conversations difficiles. Ils simplifient les relations axées par les organigrammes en connectant les humains ensemble.

Les bons leaders engagés performent peut-être mieux en toute discrétion, mais peuvent avoir une influence considérable sur les organisations. Que ce soit en préparant les leaders de demain, en éliminant la bureaucratie, ou en remodelant le flux d’information d’une entreprise en créant des réseaux, ils peuvent se positionner comme étant les forces vives de l’organisation.

Et tout cela sans avoir donné d’ordres à qui que ce soit.

Le leader au quotidien

Si vous ne croyez pas avoir la trempe d’un leader, peut-être feriez vous un bon leader au quotidien.

Les leaders au quotidien sont partout autour de vous. Ce sont ceux qui vous voient en arracher, et prennent cinq minutes pour vous apprendre un bon truc, et qui vous montrent que vous pouvez le faire vous aussi. Ce sont ceux qui feront un petit effort extra qui fera votre journée. Se sont ceux à qui vous pouvez avoir confiance lorsque vous avez besoin que quelque chose soit bien fait.

Les leaders au quotidien viennent de partout et ont n’importe quel emploi. Peu importe s’ils s’occupent de comptes importants, coordonnent des projets ou lavent la vaisselle. Ils ont une éthique de travail, sont authentiques, utiles, et veulent faire une différences, peu porte l’étendue de l’impact.

Il s’agit du chemin le plus facile pour devenir un bon leader. Essayez de voir comment vous pouvez faire une différence dans ce que vous faites et pour les gens autour de vous. Tout ce que vous avez à faire est de vous soucier, et de prendre action.

En temps de crise, vous verrez les leaders au quotidien saisir l’occasion, aider les gens autour d’eux à se rallier et s’organiser, et à travailler en collaboration pour résoudre les situation sur lesquelles ils ont une influence.

Attendez, il en manque un!

Nous en arrivons au mystérieux quatrième rôle, celui qui donne des ordres et gère les gens.

Le boss.

En temps de crise, le pouvoir et le contrôle d’une situation sont conférés aux leaders afin qu’ils aident l’organisation à traverser ce difficile moment. Un bon leader n’a jamais à DEMANDER cette autorité : les gens iront naturellement vers le leader pour de l’aide.

Un boss fonctionne différemment. Le contrôle est le nerf de la guerre ici, spécialement en ce qui a trait de l’acquérir et de le garder. Pour ce faire, ils ont besoin de créer des situation de crises perpétuelles afin de pouvoir maintenir leur autorité, et donc le contrôle, ce qui rend la situation à propos d’eux. Trop de travail pour la capacité, du planning prévisionnel dont tous se doutent est à côté de la plaque, les politiques administratives, le contrôle de l’information… toutes ces pratiques perpétuent les situations de crises artificielles.

Les gens ne font pas tous cela consciemment, et souvent c’est ainsi que toute l’organisation fonctionne. Mais cela n’en change pas la réalité, et n’en fait as une bonne chose.

En tant que tel, je ne puis classer le boss comme étant un leader. Désolé. Être en charge n’est simplement pas assez.

Je sais, car j’ai été un boss moi-même.

Je ne connaissais rien de mieux car j’avais seulement opéré dans des environnement où je devais garder le contrôle sur les projets et les équipes. Je n’était pas un mauvais boss (et je suis certain que les opinions diffèrent à ce sujet), mais j’étais un créateur, planifiant les solutions parfaites et m’attendant à une exécution sans faille. J’avais tendance à ignorer les opinions divergentes, me croyant en position d’en savoir plus qu’eux. Les organisations pour lesquelles je travaillais utilisaient toutes les tactiques ci-haut pour perpétuer un état de crise constante, et formait les nouveaux boss dans cet environnement.

J’ai du frapper un mur pour comprendre que ce système était mauvais. J’ai depuis dédié ma carrière à aider les organisations à résoudre et résister à ces crises, à aider les boss à devenir des leaders et à aider les gens à se développer afin d’atteindre leur potentiel.

Vous n’avez pas à drastiquement changer votre carrière comme je l’ai fait, mais vous pouvez quand même faire une différence en devenant un agent de changement où que vous soyez, peu importe votre position. Les leaders au quotidien le font chaque jour.

Summary
Pour lequel des 3 rôles de leader êtes vous fait?
Article Name
Pour lequel des 3 rôles de leader êtes vous fait?
Description
Il existe plusieurs sortes de leadership. Pour lequel de ces rôles êtes-vous fait?
Author
Publisher
Primos Populi
Publisher Logo

Laisser une réponse