Un contrat social pour gestionnaires modernes

Un contrat social pour gestionnaires modernes

Depuis quelques années, je porte une attention particulière pour trouver des moyens de ne pas être indispensable et que cela représente un risque pour l’entreprise pour laquelle je travaille.

Dans mon dernier emploi, étant le seul gestionnaire à plein temps dédié au développement des personnes dans mon département, je me suis assuré que mes équipes soient aussi autonomes que possible. Lorsque j’ai annoncé que je partais pour de nouveaux défis passionnants, mon ancien patron et moi avons convenu que je pouvais proposer un contrat social aux personnes qui se retrouveraient avec certaines de mes responsabilités.

Notre définition de contrat social : Un accord représentant ce en quoi nous croyons et que les signataires devront respecter. Ce contrat social est une façon de laisser les gens gérer comme ils veulent, mais en gardant l’esprit du département en tête.

J’ai cru que cela valait vraiment la peine d’être partagé ici. Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris d’apprendre qu’il s’agisse d’un contrat social axé sur les personnes. Le voici donc :

1. Nous travaillons pour nos gens

Nous comprenons qu’en tant que gestionnaires et leaders engagés, nous travaillons au succès de nos employés et non l’inverse.

2. Notre travail n’est pas, et ne sera jamais, à propos de nous

Nous comprenons que rien de ce que nous faisons n’est à propos de nous, notre travail, notre position dans la hiérarchie ou notre autorité. Rien de ce que nous faisons ne serait possible sans l’assiduité de nos collaborateurs. Ils pourraient très bien s’en sortir sans nous, mais nous ne pourrions rien faire sans eux.

3. Les gens ne sont pas des engrenages dans une machine

Nous comprenons que les gens ne sont pas des rouages dans une machine et qu’ils ne peuvent pas être remplacés comme des ressources par quelqu’un d’identique. Nous comprenons que tout le monde possède un ensemble unique de compétences humaines et techniques, d’intérêts et d’aspirations uniques. Et nous les traitons comme tels.

4. Nous sommes responsables de montrer la direction aux gens

Nous comprenons que nous ne sommes pas ici pour donner des ordres et dire aux gens comment travailler. Ils sont des experts et sont payés pour savoir comment travailler. Notre travail consiste à clarifier les résultats attendus et à leur faire comprendre pourquoi ces résultats sont importants. Leur travail consiste donc à trouver un moyen d’obtenir les résultats escomptés.

5. Nous sommes responsable des gens, pas des résultats

Nous comprenons que nous ne sommes pas responsables des résultats, nous sommes responsables des personnes qui sont responsables des résultats. Nous sommes ici pour assurer un environnement dans lequel nos collègues peuvent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour atteindre leurs objectifs. Par ailleurs, nous nous engageons à ne pas nous approprier le succès de nos collaborateurs. 

6. Nous contribuons à la croissance et à l’épanouissement des gens

Nous comprenons que quelqu’un d’heureux est préférable à quelqu’un de malheureux ou de misérable, peu importe son employeur. Nous nous engageons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les gens à grandir et à s’épanouir dans leur travail. Nous sommes conscients que cela peut vouloir dire les aider à trouver un emploi ailleurs, si leurs aspirations ne sont pas compatibles avec celles de l’entreprise.

7. Nous visons une appropriation accrue du travail

Nous comprenons que les personnes les plus proches d’un problème sont les mieux équipées pour le résoudre. Nous comprenons qu’un centre de gravité plus bas du processus de prise de décision est préférable à une prise de décision en dépit de nos gens.

Nous comprenons que ceux qui vont subir l’impact d’une décision devraient, au mieux, prendre la décision eux-même, ou du moins être inclus dans la prise de décision.

8. Nous sommes ouverts et curieux envers les besoins de nos collègues

Nous comprenons qu’être juste ne signifie pas traiter tout le monde de la même façon. Nous comprenons que les gens ont des expériences, des histoires, des familles, des contextes différents et nous nous engageons à faire preuve de la même curiosité et de la même empathie pour l’histoire et les besoins chacun.

Nous comprenons qu’il est plus important de faire preuve de diligence et de nous adapter aux besoins de nos collègues que de faire appliquer un cadre rigide, jusque dans une certaine mesure. Nous comprenons que nous devons également considérer l’impact que cela pourrait avoir sur d’autres collègues ou équipes.

9. Être un leader ne signifie pas traiter les gens comme des followers

Nous comprenons que traiter les gens comme des followers ou des exécutants optimise l’environnement pour qu’ils agissent en tant que tels. Nous comprenons que traiter les gens comme des leaders crée un environnement dans lequel ils peuvent développer leurs compétences en leadership et éventuellement créer plus de leaders.

10. Nous visons à devenir inutiles

Nous comprenons que si nous devons être présents à tout moment pour que les choses arrivent, nous représentons un risque pour nos équipes, notre département et notre organisation. Bien qu’être inutiles à 100% ne soit certainement pas réalisable, c’est un état que nous visons. Nous comprenons que nous devons travailler chaque jour pour développer l’autonomie de nos collaborateurs, de nos équipes et de nos départements.

Bonus : Une infographie

Sentez-vous bien à l’aise de la télécharger, de l’imprimer et de la distribuer.

Un contrat social pour gestionnaires modernes
Summary
Un contrat social pour gestionnaires modernes
Article Name
Un contrat social pour gestionnaires modernes
Description
Comment de nombreux gestionnaires peuvent-ils travailler dans le même but malgré leurs différences? Je suis venu à créer un contrat social pour les gestionnaires modernes.
Author
Publisher
Primos Populi
Publisher Logo

Propriétaire de Primos Populi. En tant que gestionnaire, je préconise l’approche “les gens d’abord, et le reste suivra”. Mes sujets de prédilection sont la culture organisationnelle, le droit à l’erreur et l’abaissement du centre de gravité du pouvoir décisionnel. Je cultive l’épanouissement des gens.

Laisser une réponse