The Birth of a Study — Relationship Between Employees and Their Manager

La genèse d’une étude : Relations entre employés et gestionnaires

Propriétaire de Primos Populi. En tant que gestionnaire, je préconise l’approche “les gens d’abord, et le reste suivra”. Mes sujets de prédilection sont la culture organisationnelle, le droit à l’erreur et l’abaissement du centre de gravité du pouvoir décisionnel. Je cultive l’épanouissement des gens.

Pour ceux me suivant sur LinkedIn, vous avez peut-être remarqué un sondage que j’ai posté il y a deux semaines. Le sondage est intitulé « Les relations entre employés et leur gestionnaire« . Il sera actif jusqu’au 4 mai 2018, et s’il est encore temps, vous pouvez encore y répondre.

Bien des gens m’ont demandé pourquoi j’ai créé ce sondage et ce que j’espérais accomplir avec celui-ci. Voici ma réponse à ces questions.

Tout commença avec mes premiers pas sur le marché du travail

Je suis sur le marché du travail depuis 18 ans maintenant, et bien sur, comme plusieurs d’entre vous, j’ai été témoin d’une multitude d’approches et d’attitudes en gestion. Pas seulement de la part de mes patrons, mais également les patrons des autres.

Voici une liste non-exhaustive des sortes de patrons que j’ai pu voir en action, dans aucun ordre en particulier :

  • les patrons qui permettent l’intimidation et refusent de laisser la victime changer d’équipe;
  • les patrons qui ne se soucient pas du fait que leurs meilleurs employés quittent, car c’est comme ça que le marché fonctionne;
  • les patrons qui se vantent de l’argent qu’ils font à leurs employés au salaire de misère;
  • les patrons qui brisent les lois du travail;
  • les patrons qui virent des gens dès que quelque chose ne va pas;
  • les patrons qui harcèlent n’importe quel employé jusqu’à l’épuisement professionnel et la démission;
  • les patrons qui insultent les employés devant leurs collègues;
  • les patrons qui laissent leur clients abuser de leurs employés;
  • les patrons qui laissent leurs employés prendre des décisions importantes;
  • les patrons qui mettent à profit le potentiel des gens;
  • les patrons qui poussent les nouveaux à dénoncer leurs collègues;
  • les patrons qui décident avec qui il est acceptable de discuter au travail;
  • les patrons qui promette la lune sans avoir l’intention de livrer la marchandise;
  • les patrons qui mettent des boulets aux employés motivés et ambitieux;
  • les patrons qui lisent les conversations électroniques de leurs employés quotidiennement;
  • les patrons qui crient contre leurs employés;
  • les patrons qui font confiance aux gens;
  • les patrons qui tentent de détruire la répuration de ceux qui démissionnent;
  • les patrons qui mangeraient des bébés si cela leur était profitable;

Il existe bien des sortes de patrons et gestionnaires. Le plus triste dans la liste qui précède, c’est que les patrons ayant une attitude positive sont bien moins présents que l’autre sorte de patrons, les négatifs. Et ceux qui sont sympathiques n’ont rien fait de réellement spécial, sauf être humains.

Tiens mon café, je m’en occupe

Il fut un temps pas très éloigné ou je sentais que je m’approchais dangeureusement de mon seuil de tolérance aux relations patron-employé abusives et rétrogrades. Étrangement (ou pas tant que ça), cela coïncidait avec ma décision de me concentrer sur le retour de l’humanité au coeur du marché et du milieu du travail. Si personne (de mon environnement immédiat, du moins) ne voulait réparer ce gâchis, j’allais devoir m’en occuper personnellement.

J’étais donc en voie de devenir le changement que je voulais voir dans le monde, et tout ce dont j’avais besoin était une compagnie qui désirait apposer son logo là-dessus. J’ai commencé à écrire sur le genre d’environnement progressiste et humano-centrique dans lequel je rêvais de travailler, jusqu’à ce que je trouve une entreprise aux aspirations similaires. Où est-ce que je signe?

Depuis, ma réponse aux proposition offres d’emploi sur LinkedIn a évolué, passant de « Merci, je ne suis plus certain que je veux être Scrum Master » à « Merci de votre intérêt, mais je suis occupé à changer le monde ». J’expose au monde extérieur ce que j’explore dans mon environnement de travail, et j’essaie au travail ce que j’apprends à l’extérieur. Je travaille à créer un exemple de gestion et de leadership centré sur les gens qui aura un tel impact positif que le marché du travail ne pourra plus l’ignorer. C’est un travail de longue haleine, mais c’est le tournant que prend ma vie, et jamais je n’ai éprouvé un tel sentiment d’accomplissement.

Remue-méninges et mise en place

J’ai été mis en contact avec Edda Pizzati, fondatrice d’une entreprise appelée Humains, (virgule incluse, c’est leur image de marque) qui se concentre sur le recrutement de candidats atypiques pour ses clients. Il y eut une connexion professionnelle évidente et instantannée entre nous, au point où nous avons décidé de faire un projet ensemble, et c’est à ce moment que l’idée du sondage est née. Tout cela eu une heure, dans un café du Vieux-Port de Montréal.

La discussion est passée de pourquoi les gens quittent leur emploi, à ce que l’on pouvait faire pour rendre les gens plus heureux. Nous avons pensé que pouvoir mesurer combien l’état des choses sur le marché du travail pourrait être un bon début.

Je n’ai jamais effectué d’études comme celle-ci avant, spécialement une avec des statistiques. Un bon moyen de voir si je peux réussir est d’essayer, nous avons donc mis des idées sur papier. Après quelques essais, nous avions une idée plus claire de ce que nous pourrions accomplir.

  • Nous voulons comprendre comment les gens perçoivent leur environnement de travail et leur gestionnaire
  • Nous voulons comprendre ce que les gens attendent de leur gestionnaire
  • Nous voulons comprendre pourquoi les gens gardent leur travail
  • Nous voulons savoir s’il y a des corrélations entre les données démographiques et les autres variables utilisées dans le sondage
  • Et au final, nous voulons montrer aux sondés, en utilisant des choix de réponses très variés, l’approche « command and control » n’est pas le seul type de gestion, et que des approches centrées sur les gens existent aussi

La conception du sondage

Il était évident depuis le début que nous allions partager publiquement les données récoltées par le sondage. Je ne sens pas que nous faisons cette études pour nous-mêmes, j’espère que d’autres pourront trouver de la valeur dans les résultats. En gardant cela en tête, nous avons choisi d’utiliser un outil gratuit. Les formulaires de Google semblait être un outil gratuit et adéquat pour cela.

J’ai écrit une série de questions, qui s’est allongée avec le temps. Mes questions sont basées sur ma propre expérience de gestionnaire, sur des situations qui se sont avéré être des défis, ou pour lesquelles j’ai drastiquement évité les réflexes plus traditionnels. Dans la description du sondage, je mentionne que nous ne prétendons pas qu’il y ait de bonnes ou mauvaises réponses, afin d’éviter que les sondés s’auto-censurent. Dans la réalité, bien sûr, il existe des tonnes de styles de gestion, et nous avons tous nos préférences.

Je voulais offrir un choix de réponses très diversifié, représentant le style très conservateur jusqu’au style très progressiste. Plusieurs fois, j’ai été jusqu’aux extrêmes, puisque je voulais aller plus loin que ce que je connais et à quoi je suis habitué, mais aussi parce que je souhaite que les gens remette en question leur perception de leur environnement de travail. L’une des premières question posée est sur la perception que les gens ont de leur gestionnaire, et je pose cette question à nouveau à la fin du questionnaire, pour voir si le fait de répondre au sondage a modifié leur perception initiale. J’ai très hâte de voir les résultats de cette expérience.

À propos des résultats du sondage à venir

Les résultats du sondage seront partagés dans des articles sur LinkedIn, sur mon blogue collaboratif Primos Populi ainsi que sur le blogue de Humains,. Tout dépendant de la variété et de la qualité des données récoltées, il se peut que nous partagions les résultat en plusieurs articles. Nous essaierons de présenter les données de manière attrayante, possiblement en utilisant un document infographique. Si vous connaissez un outil gratuit pour créer des chartes infographiques, laissez-nous le savoir dans les commentaires!

Aussi, sachez que le fichier .CSV contenant les données du sondage sera téléchargeable et disponible pour tous.

Summary
La genèse d'une étude : Relations entre employés et gestionnaires
Article Name
La genèse d'une étude : Relations entre employés et gestionnaires
Description
La genèse d'une étude ayant pour but de comprendre la relation entre les employés et leur gestionnaire sur le milieu de travail.
Author
Publisher
Primos Populi
Publisher Logo

Laisser une réponse